lundi, 25 janvier 1915

Bientôt la fin (bis)

Comme pour appuyer les prévisions de Henry Lyonnet (voir la chronique du 20 janvier), sous le titre « L’Allemagne affamée et anxieuse », Le Phare cite des lettres saisies sur des soldats allemands, tués ou prisonniers, où leurs correspondants évoquent un pays en proie au choléra, à la famine et autres fléaux ne pouvant qu’entraîner une proche capitulation.